Sante et Culture / analyse pratique glycémie capillaire

analyse pratique glycémie capillaire

Dissertations Gratuits: analyse pratique glycémie capillaire
Rechercher de 35 000 Dissertation Gratuites

Soumis par:    03 mai 2012
Balises: 
Mots: 485   |   Pages: 2
Vus: 1044

Analyse de pratique :

Lieu : EHPAD (Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes)

dans la chambre d'un résident

Situation : pendant mon stage, je fais le tour à 17h30 avec l'infirmière d'après-midi nous commençons par Mr l'Abbe D qui est diabétique de type 1 (insulino-dépendant). Je vérifie son taux de glycémie 3x/J, avec le lecteur de glycémie. L'appareil à glycémie affiche : 3,09g/L.

Le médecin a établit son protocole :

le matin : 26UI d'umuline NPH et 4UI d'actrapid si glycémie >2g/L

le soir : 12UI d'umuline NPH et 4UI d'actrapid si glycémie >2g/L

Je prépare alors les 12UI d'umuline NPH ainsi que les 4UI d'actrapid en prévenant le patient de son taux de glycémie élevé. Mais Mr l'Abbe D demande à ce qu'on ne fasse « qu'une piqûre », l'infirmière me demande alors de ne faire que l'injection d'umuline NPH.

Je lui demande en sortant pourquoi ne pas respecter la prescription médicale, elle m'explique « il a 90 ans alors on le laisse tranquille... »

Observation : en faisant des recherches sur le diabète et les différentes insulines avec l'aide des cours d'UE2.7 S4 « processus dégénératif » , je remarque qu'il y a des risques de complications tels que neuropathies, néphropathies, rétinopathie et des problèmes vasculaire, coma diabétique lors d'hyperglycémie répétées.

Je me suis renseignée sur ces deux insulines l'umuline NPH est une insuline intermédiaire qui permet de couvrir les besoins du métabolisme. Alors que l'actrapid est une insuline rapide agissant au bout de 5 minutes après l'injection. Leur action hypoglycémiante survient dans les 5mn devenant maximale au bout de 30 à 60 min avec une durée totale de 4 heures environ. Elle n'est donc injectée, selon ce protocole spécifique, seulement en cas de glycémie supérieur à 2g/L

. C'est pourquoi l'infirmière en accord avec le médecin ne fait qu'une injection d'umuline NPH quand le résident n'accepte pas les deux injections.

Mais Mr l'Abbe D n'ayant pas de régime aliment

aire adapté il est d'autant plus important de vérifier son taux de glycémie et de faire en sorte d'équilibrer son diabète.

On observe sur plusieurs jours qu'il est régulièrement en hyperglycémie le soir dépassant parfois les 4g/L. Et refusant chaque fois l'injection d'actrapid.

Je me demande alors si le fait qu'il soit âgé de 90ans est une excuse suffisante pour ne pas essayer au moins de négocier et de l'éduquer sur sa pathologie de manière à ce qu'il prenne sa décision en toute connaissance de cause, car en effet je peux tout de même admettre qu'à 90ans il est envie qu'on « le laisse tranquille » comme il l'exprime lui même.

Difficultés : lorsque j'ai dû effectuer ce soin seule je ne me sentais pas à l'aise face à son refus j'ai donc essayé de parler avec lui de sa pathologie. J'ai donné une explication de sa pathologie, l'action de l'insuline et les risques de complications. Il a clairement exprimé être excédé « de devoir toujours faire attention ». qu'il comprenait très bien ...



S'inscrire sur LaDissertation

S'inscrire sur LaDissertation - rechercher de 135 000 dissertations