Littérature / Commentaire Louise Labé - Je Vis, Je Meurs

Commentaire Louise Labé - Je Vis, Je Meurs

Rapports de Stage: Commentaire Louise Labé - Je Vis, Je Meurs
Rechercher de 35 000 Dissertation Gratuites

Soumis par:  Playback  10 février 2013
Balises: 
Mots: 638   |   Pages: 3
Vus: 233

« Je vis, je meurs », Louise Labé

1555

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;

J'ai chaud extrême en endurant froidure :

La vie m'est et trop molle et trop dure.

J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,

Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;

Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;

Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène ;

Et, quand je pense avoir plus de douleur,

Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,

Et être au haut de mon désiré heur,

Il me remet en mon premier malheur.

Louise Labé (1524-1566)

Intro :

Louise Labé (1524-1566) appartenait à la riche société Lyonnaise, centre culturel de premier plan, à l’époque de la Renaissance, et évoluée dans un milieu de poètes et d’humanistes. Sa famille ayant fait fortune dans la fabricat° de cordes  surnommée « la belle cordelière ». Ses sonnets étaient dédiés au poète Olivier de Magny, celui-ci est une variat° sur le thème pétrarquiste de l’amour inconstant.

Pbatique = Quelle représentat° de l’amour ce sonnet de Louise Labé met-il en valeur ?

I/ Manifestat° du lyrisme

a) Proliférat° du moi dans le sonnet.

- 23 pronoms 1ère p/s sur les 14 vers, sous la forme sujet (« je »), objet (« me, moi »), possessive (« moi »)  montre omniprésence du moi + volonté pour l’auteur de composer poème lyrique.

b) Voc. spécifique au lyrisme

- chps lexical plaisir (« heur, plaisir ») + mention de Cupidon, Dieu de l’amour (« Amour ») + sensat° (« ris, larmoie »)  lyrisme amoureux mis en évidence.

c) Figures de style

- accumulat° des stm + hyperboles (« chaud extrême ») + exagérat° (« trop molle, trop dur ») et # fortes (« brûler/noyer ») = tjrs dans le sens de la plainte  élégie (lyrisme plaintif), tonalité plaintive.

II/ Antithèse et changements / 1 version changeante de l’amour

a) Antithèse

- procédés stylistiques (11 antithèses successives, avec g

radat° = plus le temps passe, moins c’est difficile)

- chps lexicaux correspondant à la métaphysique (« vie/mort ») + a des états/sensat°/émot° (« chaud/froid, rire/larmoyer, mou/dur ») + # morales (« bien/mal, heur/malheur, hors de peine/douleur »)

 associat° de termes ayant sens # = instabilité, un être perdu qui se remet en quest°  vis° changeante de l’amour.

b) Simultanéité / rapidité

- l’express° adverbiale « tout en un coup » met en évidence le fait que rire/pleurer se fait en même temps  simultanéité

- ponctuat° (virgules) renforce vitesse + avec conjonct° de coordinat°, met en évidence/relie, juxtaposit° de 2 représentat° # pour mieux insister sur l’absence de transit° entre 2 états # = instantané.

+ adj « entremêlé » et gérondif « en endurant » dont la valeur est des act° simultanées.

 Labé utilise ≠ procédés pour insister sur absence de transition entre états # : aussi bien lexique/ponctuat°/construct° grammaticales = amplifie et accentue l’idée de confus° ...



S'inscrire sur LaDissertation

S'inscrire sur LaDissertation - rechercher de 135 000 dissertations